Bonne année

Ma promesse pour cette nouvelle année (2022)

Je n’aime pas trop les fêtes de fin d’année car j’ai cette impression « d’obligation », que je déteste. Obligés de faire des cadeaux, obligés d’être dans l’ambiance avec cette bienveillance dégoulinante et pas assez sincère à mon goût. Au jour de l’an il faut faire la fête, il faut souhaiter une bonne année à tout le monde, même ceux que tu n’aimes pas. Il faut prendre de bonnes résolutions. Tout ça est trop superficiel pour moi. Toutefois, j’aime cette idée de renouveau et j’aime faire des bilans. Je vous l’avoue je ne sais plus exactement ce que j’ai fais cette année. J’ai cette faculté (ce défaut?) d’oublier beaucoup de choses.

Tout ce que je sais c’est que cette fin d’année a été compliquée pour moi. Et ce pour plusieurs raisons :

  • je pense que je me suis trop focalisée sur mon business

  • je n’ai pas suffisamment célébrer mes réussites et j’ai laissé mon esprit critique reprendre le dessus

  • j’ai laissé mes peurs et mes croyances gouverner mes pensées et m’empêcher de passer à l’action

  • ma désorganisation m’a rattrapé (pourtant j’ai fais des efforts!!) laissant mon esprit s’embrumer, partir dans tous les sens

  • je ne me suis pas suffisamment reposée, écoutée.

Pour cette nouvelle année je ne vais pas poser de bonnes résolutions mais je vais me faire une promesse, plusieurs mêmes :

  • je me promets de faire de mon mieux pour devenir la femme que j’ai toujours rêvée d’être

  • je me promets de me prendre de vrai temps de pause et des vacances

  • je me promets d’organiser mon business à mon rythme et à ma manière sans chercher à copier ce qui ne me convient pas

  • je me promets de travailler mon mindset

  • je me promets de me trouver une activité qui ne tourne pas autour de mon business

La femme que je rêve de devenir

Pour moi, l’idée de la femme que je voudrais être est une femme forte et indépendante. Elle se fiche de l’avis des autres, ou en tout cas elle ne laisse pas le regard des autres définir qui elle est. Elle se fait passer en premier et elle n’a pas peur de dire ce qu’elle pense. Elle a de l’estime pour elle-même et n’a besoin d’aucun artifices pour se sentir confiante. Elle s’aime et s’accepte comme elle est avec ses qualités et ses imperfections.

Attention je ne veux pas devenir une parodie de femme parfaite, je veux devenir une femme qui n’aurait pas peur de prendre des risques, qui croirait en son succès et qui dirait ce qu’elle pense.

C’est aussi une manière de faire diminuer la charge mentale dite « sociale » celle qui m’empêche d’être moi-même pas peur d’être jugée.

Des années sans vacances

Cela fait maintenant plusieurs années que je n’ai pas pris de vraies vacances et je commence à le ressentir. Mon corps et mon esprit sont fatigués. En restant à la maison je ne peux m’empêcher de travailler, de faire du ménage, ou de m’inquiéter. En restant à la maison j’ai du mal à réduire ma charge mentale, je suis toujours en train de me dire qu’il y a ci ou ça à faire.

Il est donc grand temps de prendre de vraies vacances. Ce sera chose faite au mois d’avril, on a prévu 5 jours de vacances avec nos chiens !!

La reine du bazar

Je suis désordonnée, autant avant ça ne me posait pas de problèmes, autant maintenant dans mon travail c’est devenu impossible à gérer.

J’ai commencé petit à petit à m’améliorer, sauf que les recettes « toutes faites » ne me correspondaient pas et je me perdais dans des programmes et des propositions qui n’étaient pas faites pour ma façon de penser.

Ce qui fait qu’au lieu de m’alléger le cerveau ça ne faisait qu’empirer les choses.

J’ai trouvé ma solution, qui me permet de m’organiser comme je l’entends et surtout à mon rythme. Quand on a été désorganisée pendant des années, voire toute sa vie, on ne peut pas devenir soudainement la reine de la planification, mais j’ai trouvé un outil qui m’y aide au quotidien et j’essaie de plus en plus de m’y tenir.

Travailler son état d'esprit

Je crois que l’état d’esprit se travaille toute sa vie. Plus j’en apprends sur moi et plus je me découvre.

Mais en cette fin d’année j’ai surtout découvert des peurs et des croyances qui m’empêchent d’avancer. Des peurs et des croyances que je croyais avoir réussi à dépasser. Quelle déconvenue quand je me suis aperçue que ce n’était pas le cas, ça m’a déprimée.

J’ai donc décidé de me payer un coaching de groupe sur le mindset parce que je crois en moi et que je veux investir sur moi et ma réussite. Je suis également consciente qu’il y a des choses que je ne peux pas régler seule et qu’au lieu de tourner en rond à répéter les mêmes erreurs il est parfois nécessaire de demander de l’aide.

Le travail c'est la santé?

Je me suis aperçue en préparant cet article qu’en ce moment tout tourne autour de mon business. Lorsque je promène le chien, que je lis des livres ou que je regarde un film mon esprit est focalisé autour du travail. Je mange travail, je dors travail, je bois travail. Je me suis simplement rajouter une charge mentale, comme si je n’en avais pas assez !! Et en même temps ça fait parti de mes croyances : il faut travailler dur pour gagner de l’argent. Travailler dur je veux bien mais s’abimer la santé ça non !

Comment faire pour ne plus y penser ? J’ai la solution, il faut juste que je la mette en place plus souvent. C’est une solution simple, bon marché, accessible à toute heure : la musique et la danse. J’adore écouter de la musique mais je ne le fais pas assez souvent, écouter de la musique c’est synonyme de remue popotin pour moi. Je ne dans pas bien mais je m’en fous ce n’est pas le but. Le seul objectif étant de se vider la tête.

Et si on suivait mon évolution?

Ce que je te propose c’est d’évoluer avec moi, de suivre ce que je vais mettre en place, d’essayer avec moi, d’échouer, d’apprendre, de recommencer.

Je ne sais pas où ça va me mener mais ce dont je suis sure c’est que ça va être génial et que j’ai hâte de partager ça avec toi.

Pour suivre mes avancées, mes victoires comme mes déboires c’est sur mon compte Instagram que ça se passe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page